En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation de Cookies. Ils permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion.

Moi, le pochoir

Publié le : 05/05/2021 06:17:56
Catégories : Histoire de ...

Comme souvent dans nos articles, commençons par une définition : 
Selon le dictionnaire Larousse de 1874, le pochoir (on dit le chablon en Suisse) est une feuille de carton ou de métal découpé, souvent laiton ou zinc, pour colorier avec une brosse, le dessin ayant le contour de la découpure.

Utilisé depuis de nombreuses années à des fins très variées : décorative, éducative, industrielle, artistique, publicitaire, signalétique, protestataire ….
On a toujours recours à cette technique du pochoir pour former des lettres, des chiffres ou des symboles, des dessins….

Pochoir

Mais bien sur, il y a pochoirs et pochoirs …..
Nous aimons beaucoup des outils de marquage qui sont utilisés, selon leur matériau, leur découpe,  par de nombreux artistes.

Les peintres en lettres :
Ils utilisaient et utilisent toujours des plaques en zinc avec un petit rebord.
On en trouve parfois encore avec leur petit étui de rangement, pour des formes numériques ou alphabétiques. 
Ce sont des accessoires parfaits pour la customisation de meubles, de linge…..et, souvenirs du passé, ils sont très décoratifs.

Pochoirs zinc

Les grands formats sont utilisés pour informer : 

Les pâtissiers 
La pâtissiers utilisaient autrefois des pochoirs très ouvragés, qui sont aujourd’hui recherchés comme des broderies sur cuivre.
Il faut que la surface soit  « sèche » au toucher : pâte à sucre ou pâte d’amandes. 
Sur les couvertures de type ganache, crème au beurre ou autre glaçage, un passage au froid  s’impose avant le marquage.
Certains sont simples et s’utilisent sur le dessus du gâteau :

    

D’autres, magnifiques, servent au décor du cerclage du  gâteau

Les brodeuses : 
Pour reproduire les modèles de monogrammes à partir des magazines spécialisées, les brodeuses utilisent du papier calque, du papier carbonne spécial couture, font un transfert par la méthode des points avec un piquoir et une poudre à poncer
On trouve aussi quelquefois, des pochoirs de broderie :

Les graffeurs du street art :  
La technique du pochoir n’est pas la plus utilisée, les pochoiristes de rue manient réalisme et dérision avec désinvolture. 
Leurs pochoirs sont souvent réalisés dans des plastiques ou des dérivés (pvc, acétate, mylar, composite...) : plus ou moins souples, parfois adhésifs et plus ou moins épais. 
Il est plus rare de trouver des pochoirs bois ou carton huilé. 

Un petit clin d’œil, puisque les musées ouvriront bientôt, l'exposition "The World of Banksy : The Immersive Experience", à l'Espace Lafayette-Drouot revient dès le début du mois de juin 2021 pour jouer les prolongations jusqu'au 31 décembre.

Nous regrettons qu’en dehors du cercle de « l’art de la rue » cette technique du pochoir se perde,  remplacée par la sérigraphie en d'autres temps, et aujourd'hui par les nouvelles formes de reproduction informatique. 

Alors conservons précieusement ces objets anciens, en zinc ou en laiton, utilisons-les , souvenons-nous  de leur  histoire….
En avez-vous ? N
ous  aimerions les connaître  .. transmettez nous vos photos. 
Ce blog est  un lieu de partage, nous espérons vos commentaires sur cet article, faites nous part de vos remarques.

A bientot
Les filles d'Allons Chiner

 

 

 

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)